2 Français sur 3 sont favorables au Prélèvement à la Source

Prélèvement à la source : près de 2 Français sur 3 sont favorables à sa mise en place.

A moins de trois mois de son entrée en vigueur en janvier 2019, le prélèvement à la source est accueilli favorablement par 65% des Français, dont 20% se disent très favorables. Les personnes déjà mensualisées y sont encore plus favorables. A l’inverse, 35% déclarent y être opposés (dont 13% très opposés).

Phénomène peu surprenant : la mise en oeuvre de ce nouveau système de collecte de l’impôt sur le revenu est encore mieux accueilli par les personnes déjà mensualisées, car elles comprennent le prélèvement à la source comme un changement assez mineur par rapport à leur situation actuelle : 78%, contre 65% pour ceux n’étant pas mensualisés et 60% pour ceux ne payant pas l’impôt sur le revenu.

Les électeurs de 1er tour d’Emmanuel Macron en soutien

Là encore, phénomène peu étonnant d’un point de vue politique, ce sont les électeurs de 1er tour d’Emmanuel Macron qui apportent le plus large soutien (79%).

Le soutien reste majoritaire mais nettement moindre auprès des électeurs de François Fillon (64%), de Jean-Luc Mélenchon (64%) et de Marine Le Pen (57%).

Le sentiment d’information reste insuffisant

Il existe en revanche un signal d’alerte assez fort : le sentiment d’information reste insuffisant à moins de 3 mois de sa mise en place. En effet, 53% des Français jugent qu’ils sont bien informés sur la future mise en place du prélèvement à la source (dont 10% très bien informés). A l’inverse, 46% d’entre eux estiment qu’ils sont mal informés.

Ce niveau d’information apparaît plus élevé auprès des Français mensualisés (64%), mais reste relativement faible. Les personnes payant l’impôt sans être mensualisées sont plus partagées (56% bien informés, 44% mal informées), tout comme celles n’étant pas assujetties à l’impôt sur le revenu (49% bien informées, 50% mal informées).

Dans le détail, voici quelques exemples

  • 71% des retraités affirment être mal informés par leur caisse de retraite
  • 62% des actifs salariés estiment manquer d’information de la part de leur employeur
  • 48% des Français (dont 57% de ceux payant l’IR) estiment être bien informés par l’administration

Une vraie distinction entre contribuables mensualisés et non mensualisés

Une nette majorité des Français mensualisés n’est pas inquiète de sa mise en place, alors que les personnes non-mensualisées sont beaucoup plus partagées.

  • La mise en place du prélèvement à la source ne suscite pas d’inquiétude pour 72% des Français mensualisés.
  • 27% des Français mensualisés à ce jour déclarent être inquiets
  • 45% des Français non-mensualisés se disent inquiets
  • 55% des Français non-mensualisés sont sereins

Les inquiétudes portent avant tout sur la crainte de bugs techniques

Les inquiétudes portent sur de nombreuses causes potentielles

  • crainte de bugs techniques (cités par 50% des Français)
  • manque de confidentialité (37%)
  • complexité pour les entreprises (32%)
  • difficulté pour gérer ses revenus (23%)
  • modification du système de crédit d’impôt (22%)
  • modification de ses habitudes (21%)
  • obligation de paiement mensuel (19%)

Pour les personnes non-mensualisées, l’obligation du paiement mensuel (30% contre 19% en moyenne) et la modification des habitudes (27% contre 21% en moyenne) apparaissent logiquement plus souvent cités que la moyenne. Auprès des personnes mensualisées, c’est la modification du système de crédit d’impôt qui est plus spécifiquement citée (27% contre 22% en moyenne).

Des avantages sur l’étalement

Les principaux avantages perçus par les Français concernent divers sujets mais sont moins évidents

  • étalement du paiement sur 12 mois (39% de citations)
  • adaptation rapide aux variations de revenus (28%)
  • simplification de la gestion des revenus (27%)
  • simplification pour l’administration fiscale (23%)
  • réduction du nombre d’erreurs de prélèvement (6%)

28% des Français ne voient pas d’avantage ou d’aspect positif à la mise en place du prélèvement à la source.

Auprès des personnes mensualisées, la simplification de la gestion des revenus (35% contre 27% en moyenne) et l’étalement du paiement sur 12 mois (44% contre 39% en moyenne) sont sensiblement plus cités que la moyenne.

Les principaux canaux d’information

Plus d’un Français sur deux (54%) déclarent s’informer sur le sujet du prélèvement à la source via les médias : 38% par la TV, 25% par la presse et médias en ligne, 13% par la radio.

Le site internet du gouvernement impots.gouv.fr apparaît logiquement comme le deuxième grand canal d’information, cité par 42% des Français.

Auprès des personnes assujetties à l’impôt sur le revenu, ces deux canaux sont au même niveau : 55% citent les médias, 53% le site internet impots.gouv.fr.

Après ces deux principales sources d’information, les Français évoquent

  • internet et les moteurs de recherche (29%)
  • l’entourage (15%)
  • leur employeur (9%)
  • leurs collègues de travail (8%)
  • Leur conseiller bancaire, leur caisse de retraite et leur avocat sont cités par moins de 5%.

A moins de 3 mois de sa mise en place, le sujet du prélèvement à la source apparaît comme un sujet de discussion pour près de la moitié des Français (46%). 6% affirment en avoir beaucoup parlé avec leur entourage ces derniers jours, et 40% un peu.

Sondage Elabe pour Les Echos : les Français et le prélèvement à la source

Etude ELABE réalisée pour Les Echos. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Echantillon de 1 010 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Interrogation par Internet les 10 et 11 octobre 2018

Commentez !

Evaluez !

[Total : 2    Moyenne : 5/5]

Partagez !

A lire aussi